Clear

7.78°C

Paris, France

Clear
Humidity: 87%
Wind: SSE at 4.35 K/H

Afghanistan : la trêve prolongée en vue d'un "cessez-le-feu complet"

La trêve partielle d'une semaine en Afghanistan va se poursuivre, a déclaré dimanche le président Ashraf Ghani qui espère un "cessez-le-feu complet", au lendemain de la signature d'un accord

historique entre Washington et les talibans dont il a toutefois rejeté une clause importante.

La semaine de "réduction des violences" a vu le nombre d'attaques s'effondrer à travers le pays en guerre. Elle a précédé la signature samedi à Doha de l'accord entre les Etats-unis et les insurgés afghans, selon lequel Washington et ses alliés s'engagent à retirer toutes leurs troupes d'Afghanistan sous 14 mois si les talibans respectent les termes de l'accord, dont l'ouverture de discussions entre les insurgés et Kaboul visant à mettre en place une paix durable.

"La réduction des violences va continuer avec pour but d'atteindre un cessez-le-feu complet", a dit M. Ghani lors d'une conférence de presse à Kaboul, ajoutant que les talibans avaient été informés de cette décision par le général Scott Miller, le chef des forces américaines dans le pays.

"Nous commenterons cela plus tard", a déclaré à l'AFP un porte-parole des insurgés, Zabihullah Mujahid.

Bien qu'il ne s'agissait pas d'un cessez-le-feu complet, la chute du nombre d'attaques talibanes à travers le pays a redonné espoir à de nombreux Afghans, provoquant des scènes de célébration spontanée dans les rues où les gens dansaient de joie.

- Premier couac sur l'accord -

Mais la route reste encore longue avant la signature d'un véritable accord de paix dans ce pays ravagé par les conflits depuis plus de 40 ans, où les Etats-Unis sont présents militairement depuis fin 2001, lorsqu'ils l'avaient envahi à la suite des attentats du 11 septembre 2001 sur le sol américain.

M. Ghani a ainsi rejeté la clause de l'accord - dont son administration n'est pas signataire - qui demande aux insurgés de libérer jusqu'à 1.000 prisonniers et au gouvernement afghan d'en libérer 5.000.

"Il n'y a pas d’engagement à libérer 5.000 prisonniers", a-t-il déclaré.

"C'est le droit et le propre souhait du peuple d'Afghanistan. Cela fait partie de l'agenda des discussions intra-afghanes, mais ne peut pas être un prérequis à des discussions", a ajouté le président, faisant référence aux négociations intra-afghanes.

Toute libération de prisonniers "ne relève pas de l'autorité des Etats-Unis, cela relève de l'autorité du gouvernement afghan", a souligné M. Ghani.

- Crise politique à Kaboul -

Les négociations entre son gouvernement et les talibans doivent débuter le 10 mars, selon l'accord de Doha.

Elles verraient les insurgés négocier l'avenir du pays face à une délégation que l’envoyé américain Zalmay Khalilzad a décrite comme "inclusive" et comportant "des figures importantes du gouvernement, des responsables clefs de partis politiques, des membres de la société civile, et des femmes".

Selon les termes de l'accord, l'ouverture de ces discussions intra-afghanes est un préalable au retrait des troupes américaines.

Les insurgés ont jusqu'ici refusé de négocier avec le gouvernement de M. Ghani, qu'ils décrivent comme une marionnette de Washington.

Le président afghan doit maintenant mettre en place la délégation afghane en vue du dialogue, alors qu'il est empêtré dans une crise politique suite à des accusations de fraude électorale concernant sa réélection contestée, notamment par son principal rival Abdullah Abdullah qui veut mettre en place sa propre administration parallèle.

Washington n'a toujours pas réagi à la réélection de M. Ghani, alors que les résultats définitifs ont été annoncés le 18 février, avec des mois de retard.

En dépit de l'incertitude concernant l'accord de Doha, les habitants de Kaboul ne cachaient pas leur soulagement de pouvoir marcher dans les rues sans craindre d'attaques des talibans, généralement meurtrières et touchant essentiellement des civils.

"Je me sens beaucoup plus en paix aujourd'hui après l'accord, plus détendu", confiait un policier sous condition d'anonymat.AFP, photo Al Jazeera English, Wikimedia.


Entreprise

Droits TV: la Ligue de foot a mis en demeure…

Oct 15,2020

La Ligue de football professionnel (LFP) a "mis en demeure...

Hits:292 Entreprise

Covid-19: nouvelles restrictions en vue, marée à l'horizon pour les…

Oct 08,2020

Après Aix-Marseille et Paris, la menace de nouvelles restrictions sanitaires...

Hits:348 Entreprise

Musiques actuelles: la synchro, un petit air d'eldorado

Jui 28,2020

La synchro? C'est la bande son d'une publicité, d'un film...

Hits:1012 Entreprise

Réouverture de la Tour Eiffel après plus de trois mois…

Jui 25,2020

"J'ai les larmes aux yeux, mais c'est de la joie...

Hits:1001 Entreprise

"On ira tous au paradis": le parolier et scénariste Jean-Loup…

Mai 25,2020

Décédé dimanche à l'âge de 81 ans, l'académicien Jean-Loup Dabadie...

Hits:1158 Entreprise

Lufthansa en passe d'être sauvée par l'Etat allemand

Mai 21,2020

La compagnie aérienne Lufthansa a confirmé jeudi être proche d'un...

Hits:1204 Entreprise

Air France-KLM encaisse les premiers effets du Covid-19 avec une…

Mai 07,2020

  Le groupe Air France-KLM a essuyé les premiers effets du...

Hits:1261 Entreprise

Sushis: mains chaudes ou pas, les Japonaises veulent leur place…

Avr 08,2020

Les femmes ont les mains chaudes, leur goût est altéré...

Hits:1412 Entreprise

JO de Tokyo-2020: Akira, un manga prémonitoire?

Mar 26,2020

  Un panneau d'affichage indique le décompte des jours avant les...

Hits:1625 Entreprise

Manu Dibango, un sax' entre l'Europe et l'Afrique

Mar 24,2020

  "Bâtisseur de ponts entre l'Occident et l'Afrique": voilà comment se...

Hits:1512 Entreprise

Irlande: législatives difficiles pour Varadkar, le Sinn Fein cherche des…

Fév 10,2020

Le parti du Premier ministre irlandais Leo Varadkar a été...

Hits:1633 Entreprise

  1. L'éducation
  2. L'histoire
  3. La vie

Actualités